Calculer la trésorerie de départ : un élément clé pour assurer le succès d’une entreprise

Lancer une entreprise est un défi passionnant, mais aussi complexe. Pour mettre toutes les chances de réussite de son côté, il est essentiel de bien préparer son projet et notamment d’évaluer sa trésorerie de départ. Cet indicateur financier permet en effet d’anticiper les besoins en fonds et d’assurer la pérennité de l’entreprise. Dans cet article, nous vous expliquons comment calculer la trésorerie de départ et quelles sont les étapes indispensables pour y parvenir.

Qu’est-ce que la trésorerie de départ ?

La trésorerie de départ correspond aux liquidités dont dispose une entreprise à sa création pour financer ses premières dépenses et investissements. Elle englobe l’ensemble des ressources financières mobilisables rapidement (comptes courants, placements à court terme, etc.). La trésorerie de départ est un indicateur crucial pour évaluer la viabilité du projet entrepreneurial : elle doit être suffisante pour couvrir les besoins en fonds jusqu’à ce que l’entreprise génère suffisamment de revenus pour assurer son fonctionnement.

Pourquoi est-il important de calculer sa trésorerie de départ ?

Le calcul de la trésorerie de départ revêt une importance majeure pour plusieurs raisons :

  • Il permet d’identifier les besoins en financement et donc d’évaluer le montant des capitaux nécessaires pour démarrer l’activité.
  • Il aide à anticiper les difficultés financières et à prévenir les risques de cessation de paiement.
  • Il facilite la recherche de financements auprès des banques, des investisseurs ou des partenaires commerciaux, qui accordent une grande importance à la solidité financière du projet.
Autre article intéressant  Création de franchises BIO : un secteur en plein essor

« Un entrepreneur qui a bien évalué sa trésorerie de départ met toutes les chances de son côté pour réussir dans son projet. Il minimise ainsi les risques de défaillance liés à un manque de liquidités », explique Pierre-Antoine Dusoulier, fondateur et PDG d’iBanFirst.

Comment calculer sa trésorerie de départ ?

Pour calculer sa trésorerie de départ, il est nécessaire de suivre plusieurs étapes :

  1. Déterminer les besoins en fonds de roulement (BFR) : le BFR représente le montant des capitaux nécessaires pour financer le cycle d’exploitation (achats, stocks, créances clients…). Il se calcule comme suit : BFR = stocks + créances clients – dettes fournisseurs.
  2. Estimer le coût des investissements initiaux : il s’agit du montant total des dépenses nécessaires pour mettre en place l’activité (achat ou location de locaux, matériel, frais d’établissement…).
  3. Inclure les charges fixes et variables : elles correspondent aux dépenses récurrentes liées au fonctionnement de l’entreprise (salaires, loyer, énergie…).
  4. Ajouter une marge de sécurité : il est recommandé de prévoir une réserve financière pour faire face aux imprévus et aux aléas du marché.

La trésorerie de départ se calcule donc en additionnant le BFR, le coût des investissements initiaux, les charges fixes et variables et la marge de sécurité.

Exemple chiffré de calcul de trésorerie de départ

Prenons l’exemple d’une entreprise fictive qui souhaite ouvrir un commerce de proximité. Voici comment calculer sa trésorerie de départ :

  • BFR : 10 000 € (stocks) + 5 000 € (créances clients) – 3 000 € (dettes fournisseurs) = 12 000 €
  • Investissements initiaux : 80 000 € (achat du local) + 20 000 € (matériel) = 100 000 €
  • Charges fixes et variables : 60 000 € (salaires annuels) + 12 000 € (loyer annuel) + 6 000 € (énergie annuelle) = 78 000 €
  • Marge de sécurité : 10 % du total des dépenses = 19 800 €
Autre article intéressant  Comment réaliser un SWOT étape par étape : le guide complet

Ainsi, la trésorerie de départ nécessaire pour lancer ce commerce est de :
12 000 € (BFR) + 100 000 € (investissements initiaux) + 78 000 € (charges fixes et variables) + 19 800 € (marge de sécurité) = 209 800 €.

Calculer sa trésorerie de départ est une étape cruciale pour assurer la viabilité et la pérennité d’une entreprise. En maîtrisant cet indicateur financier, l’entrepreneur peut anticiper ses besoins en fonds, rechercher des financements adaptés et ainsi mettre toutes les chances de réussite de son côté.